Stockage et infiltration des eaux de pluie

Modifié par Vinciane Pinte le 6/06/2012

L’eau de pluie ne doit pas se perdre dans les égouts. Elle est trop pure. Si une trop grande quantité d’eau de pluie est évacuée vers une station d’épuration des eaux usées (SEEU), cette installation ne fonctionnera pas de manière optimale. En cas de surenchère, les citernes de la SEEU ne pourront pas traiter toutes les eaux et il y aura même des eaux non épurées qui seront rejetées dans les cours d’eau.

Découvrez les conseils de nos experts

© Habitos.be
© Habitos.be

Comme nous évacuons énormément d’eaux de pluie vers les égouts, les débits de rivières augmentent. En cas de fortes pluies, ou de trombes d’eau, les rivières risquent de sortir de leur lit.  

Une évacuation séparée

L’eau de pluie doit pouvoir pénétrer dans le sol pour alimenter les nappes phréatiques ou du moins être traitée séparément des eaux usées. D’où la construction en plusieurs endroits de systèmes d’égouttage séparatifs. On parle alors de désaccouplement des eaux de pluie.

Un système d’égout séparatif se compose de 2 parties:

  1. EU (réseau séparé codifié eaux usées): uniquement les eaux usées

  2. EP (réseau séparé codifié eaux de pluie): par le biais d’un canal réhabilité ou une canalisation séparée (réseaux de collecte ou canalisation d’infiltration)  

Le stockage ou l’infiltration

Infilter les eaux de pluie

Infiltrer signifie laisser les eaux pluviales pénétrer en profondeur, soit par le biais d’un pavage perméable, soit en acheminant les eaux de pluie par des canaux ou des tuyaux dotés de systèmes de filtrage, soit par le biais d’une citerne perforée ou des bassins d’infiltration adaptés. Une nouvelle notion est née dans ce contexte: le wadi. Il s’agit d’une dépression dans laquelle l’eau de pluie peut être collectée et pénétrer dans le sol. On prévoit dans ce cas un lit filtrant, qui a une capacité de rétention et qui facilite la pénétration en profondeur dans le sol.

Stocker les eaux de pluie

Stocker signifie retenir les eaux de pluie le plus possible à un même endroit, par exemple dans une cuve tampon. Une toiture verte aussi, sur laquelle poussent des plantes, peut devenir une cuve d’eau de pluie. En fonction du système retenu, on a une couche de terre ou une fine couche de substrat dans laquelle les plantes poussent. Près de 50% des eaux de pluie sont retenues par ce milieu de culture et évaporées par les plantes.

L’épuration des eaux usées

En principe, la nature s’auto-purifie, mais les quantités d’eaux usées que nous produisons à l’heure actuelle sont trop volumineuses. Il nous faut donc des équipements pour purifier l’eau.

Une station d’épuration se compose de trois grandes parties

  1. La pré-épuration (la décantation de particules en suspension, la séparation des graisses, …)
  2. L’épuration biologique (les bactéries digèrent les matières organiques)
  3. La post-décantation.

 

L’épuration de l’eau se fait dans des installations de différents calibres et structures:

 

  1. Une SEEU ou station d’épuration des eaux usées est l’installation la plus imposante. Elle permet de purifier les eaux usées de plus de 2000 habitants. Pour un bon fonctionnement, les eaux usées doivent être relativement chargées. D’où l’importance d’éviter d’y acheminer les eaux de pluie.
  2. Les PSEEU ou petites stations d’épuration des eaux usées desservent en règle générale 200 ménages. Ce sont les communes qui sont responsables de leur implantation.
  3. Et pour terminer, un TIEU ou traitement individuel des eaux usées. Celui-ci doit se faire obligatoirement chez les ménages dont la maison n’est pas raccordée à un système d’égouttage ou à une PSEEU.

 

Brochures pour eau

Plus d’info ?