Les déchets de construction et de démolition

Modifié par Gretel Kerkhofs le 16/05/2012

Les déchets de construction et de démolition se subdivisent en plusieurs fractions.
© Habitos.be
© Habitos.be

Les fractions pierreuses ou briquaillons

  • Cette fraction inerte se compose de béton ou de briques ou d’un mélange des deux (déchets mixtes), de céramique et de pierre naturelle. 
  • Les déchets inertes comprennent près de 80 % de tous les déchets de construction et de démolition.

Les déchets de revêtements routiers

Ceux-ci concernent environ 15 % des déchets de construction et de démolition. Les déchets de revêtements routiers (asphalte) ne sont pas considérés comme des déchets inertes étant donné qu’ils contiennent des hydrocarbones.

Les fractions non-pierreuses

Il s’agit d’environ 5 % des déchets de construction et de démolition.

Ces déchets se composent de:

  • Une fraction revalorisable: cette fraction comporte des déchets de bois, de matériaux synthétiques, de vieux métaux, de papier et de carton;

  • Une fraction difficilement ou non revalorisable de déchets : cette fraction comprend notamment le plâtre et le calcaire, le béton cellulaire, les matériaux bitumineux comme les couvertures de toitures et autres.

Certaines fractions de déchets requièrent une attention particulière.

L’amiante

On retrouve encore régulièrement des traces d’amiante dans les déchets de construction et de démolition sous forme de schistes ou de plaques ondulées contenant de l’amiante-ciment. Tout matériau de construction contenant de l’amiante est considéré comme dangereux et doit faire l’objet d’un tri sélectif.

Les déchets dangereux

Les déchets de construction et de démolition peuvent aussi contenir d’autres particules dangereuses comme des résidus et des emballages de peintures, de vernis, de produits pour ennoblir le bois, de colles, de mortiers, d’huiles usées, etc.

Toutes les réglementations et législations relatives aux déchets de construction et de démolition ont pour objectif premier de limiter la quantité de déchets ainsi que leur impact négatif sur l’environnement. Ensuite, il faut revaloriser le plus possible tous les déchets produits. Quant aux déchets dangereux, ils doivent faire l’objet d’un tri sélectif et être recyclés de manière rationnelle.