L'énergie éolienne

Modifié par Gretel Kerkhofs le 4/06/2012

Nous connaissons tous les grandes éoliennes qui se dressent sur les terrains industriels ou le long des autoroutes. Ces éoliennes connaissent dorénavant des applications pour les particuliers.
© Habitos.be
© Habitos.be
© Cleantechplatform
Moulin à vent
© Windlast

Il ya deux types d’éoliennes. La plus connue est l’éolienne à axe horizontal et l’autre, à axe vertical. Ces plus petits modèles ne requièrent pas de haut mât, mais se posent de manière plus discrète sur les toitures plates.

Comment ça marche?

L’éolienne horizontale se compose de trois éléments: le rotor (les pales), la nacelle (la partie mobile de la tête sur laquelle sont fixées les pales ; elle abrite aussi la chambre du moteur) et le mât. Les éoliennes domestiques à axe horizontal sont disponibles à partir d’une hauteur de 12 mètres et d’un diamètre de rotor de 5 mètres.

Dans le cas d’éoliennes verticales, les pales ou le rotor tournent verticalement autour de l’axe. Les pales du rotor ne dépendent plus de la direction du vent et captent plus facilement le vent. Une petite éolienne verticale se prête mieux aux applications urbaines. La dynamo peut être installée sur le sol (ou sur une toiture) et est donc facile à entretenir. Les fondations requises ne sont pas aussi lourdes que dans le cas d’une éolienne horizontale.

S’il y a du vent, les pales vont tourner. On peut arriver à des vitesses de 13 km par heure. Ce mouvement fait tourner l’axe principal et la roue d’engrenage dans la nacelle, ceux-ci entraînent à leur tour le générateur (dynamo) qui produit ainsi l’électricité. Si la vitesse du vent est trop élevée (à partir de 90 km/heure), l’éolienne s’arrête d’elle-même par sécurité. Un petit ordinateur intégré veille à mesurer toutes les données utiles – au moyen d’un petit anémomètre fixé sur la nacelle – et peut dès lors mettre en marche ou arrêter les pales. La nacelle est mobile, ce qui fait que l’éolienne cherche toujours la bonne direction du vent.

Installer une éolienne, par où commencer?

Vous envisagez d’installer une éolienne? Renseignez-vous d’abord auprès de votre administration communale ou urbaine si vous pouvez installer une éolienne. Certaines administrations ne l’autorisent pas.
Mais si vous obtenez l’autorisation, informez-vous quant à savoir si l’emplacement que vous avez choisi pour votre éolienne permet de capter suffisamment de vent. Eventuellement, vous pouvez demander à un installateur d’éoliennes de le vérifier.
Si cet emplacement est valable, il faut prévoir de solides fondations pour y planter l’éolienne. La grandeur et l’épaisseur dépendent de la taille de l’éolienne. Il faudra aussi prévoir un câble depuis l’éolienne jusqu’à la maison – le compteur électrique – ce qui entraîne quelques travaux de terrassement et de forage.

Combien ça coûte?

Plus l’éolienne est grande, plus le prix sera élevé. On trouve déjà des éoliennes en kit (avec un mât de 3 à 3,6 mètres) à partir de 3.000 euros. Une éolienne installée, à partir de 9.000 euros pour le plus petit modèle. Les délais d’amortissement pour ces éoliennes sont encore relativement élevés. Des études réalisées aux Pays-Bas sur différents modèles d’éoliennes et à différentes vitesses du vent donnent des résultats variant entre 11 et 27 ans. Exploiter l’énergie éolienne peut donc s’avérer intéressante, mais investir dans une éolienne, pas encore.

Il faut également tenir compte des frais d’entretien annuels de la chambre du moteur. Une éolienne a une durée de vie moyenne de 20 ans, mais certaines marques donnent une garantie de 30 ans.

Le pour et le contre

Parmi les avantages du vent, on a l’inépuisabilité et la gratuité. Cependant, il faut savoir que le vent n’est pas prévisible et qu’on ne peut pas planter une éolienne n’importe où. En outre, le rotor de certains modèles génère un bourdonnement.

Plus:
- Energie

Brochures pour energie