Construire à l'épreuve de l'avenir: la consommation d'énergie

Modifié par Gretel Kerkhofs le 4/06/2012

Maison témoin Ostend
© Bostoen
© Durabrik
© Stessens
© Dewaele Bouwbedrijven
-
© Groep Huyzentruyt
Longueville
© Groep Huyzentruyt
-
© Arkana
© DeBacker
Lofthome
© Lofthome
construction en bois massive
© Ipso Facto

Dans cette nouvelle série, j’aimerais vous donner quelques outils pour concevoir une habitation afin qu’elle satisfasse aux normes futures de construction par rapport à la consommation énergétique. En d’autres termes, quels sont les éléments qu’il faut prendre en compte aujourd’hui afin de pouvoir remettre votre maison à la page, demain. Si vous souhaitez construire une maison durable, il y a effectivement toute une série de paramètres qui s’ajoutent à la consommation d’énergie, mais ceux-ci sortent du ‘périmètre’ de cette série d’articles.

Tout ce ramdam autour de la construction économe en énergie, n’est-ce pas un phénomène de mode qui aura vécu d’ici quelques années? Pourquoi ne font-ils pas en sorte que l’industrie pollue moins ? La quantité de CO2 contenue dans l’atmosphère ne fait qu’augmenter rapidement et dramatiquement. Elle aura un impact sur notre environnement. Afin de contenir cette concentration de CO2 dans des limites acceptables, nous devons réduire les émissions européennes de quelque 90% dans les 40 années à venir. Les interventions seront donc radicales et toucheront toutes les composantes de notre cadre de vie. Les politiques sont conscients de cette problématique et en Belgique, toute une série de mesures vont être prises, suivant les directives européennes. En fait, on n’a pas d’autre choix que de faire construire en économisant le plus possible l’énergie. Imposer des restrictions uniquement dans le domaine de l’industrie ne suffit pas.

Trop vite

Une critique que j’ai un jour entendue dans la bouche de certains collègues est celle-ci ‘tout évolue trop vite et on n’arrive plus à suivre. On pose des exigences irréalisables et irréalistes.’ Hélas, nous avons déjà pris du retard par rapport à nos voisins et nous nous trouvons confrontés à un stock de bâti qui affiche des prestations plus médiocres que celles de nos pays voisins. Ce qui rend le défi à relever par la Belgique plus difficile encore et l’impact sur la réduction des émissions de CO2 par la prise de mesures en matière de construction, plus lourd encore. Parlons chiffres : en Europe, la consommation en énergie des bâtiments génère 40% des émissions de CO2. Dans une ville comme Bruxelles, on monte à 70%. En Europe, une maison existante, moyenne, consomme 200kWh/m² ; en Belgique, 350 kWh/m². Ce qui est plus frustrant encore, c’est que nous avons de grosses maisons dans ce petit pays. C’est l’occasion ou jamais d’améliorer cet aspect-là de façon spectaculaire. Les unités de logement à Bruxelles consomment quelque 250 kWh/m²j pour le chauffage tandis qu’une maison passive ne requiert que 15 kWh/m²j pour le chauffage. Un potentiel d’économie de près de 94%. A Bruxelles, tous les bâtiments publics doivent obligatoirement être des constructions passives et d’ici 4 ans, ce sera valable pour tous les bâtiments.

Nous allons irrémédiablement évoluer vers des formes d’habitat très économes en énergie. Le Belge considère sa maison aussi comme un investissement. Il est donc important de veiller des maintenant à ce que dans 10 ans, cette maison soit encore compétitive par rapport à celles que l’on construira à ce moment-là.

Les maisons zéro énergie

Idéalement, il faudrait construire aujourd’hui, une maison zéro énergie, avec tout son tralala. Mais pour diverses raisons, ce n’est pas encore à la portée de tout un chacun. Trop cher, pas assez de connaissances en la matière chez la plupart des partenaires de la construction, on n’en voit pas l’utilité, l’énergie est trop bon marché, les marges bénéficiaires sont trop énormes, les banques ne sont pas sur la même longueur d’ondes, les subsides nagent dans le flou, la technique n’est pas toujours évidente, les autres savent toujours mieux…

On me pose aussi souvent des questions sur le minimum à faire. Quel est le minimum dont il faut absolument tenir compte. On me demande de tous côtés aussi quelle est la meilleure pompe à chaleur à utiliser, alors que l’on lésine sur les dépenses au niveau de l’isolation. Ce qui n’est bien évidemment pas le bon choix.

Procéder par étapes

Si l’on veut prendre les bonnes décisions et faire les bons choix en matière de construction et de conception, je propose de procéder par étapes et donner une ligne directrice aux maîtres d’ouvrage et autres professionnels de la construction. C’est mon plan. Ce n’est pas le fruit d’une étude universitaire approfondie mais celui de mon expérience en la matière. Toutes les remarques et critiques sont donc les bienvenues afin d’améliorer ce plan. Ce plan comporte toutes les étapes que je vais présenter dans cette série d’articles, par ordre d’importance.

Expérience

Ce plan s’inspire donc de mon expérience dans le domaine des maisons peu énergivores. Il s’inspire aussi du principe de la Trias Energetica, qui repose sur la première étape : limiter la demande. Les interventions que l’on pourra réaménager plus tard sans la moindre difficulté, ont la priorité. Sans oublier le contexte urbanistique. Il faut tenir compte de la durée de vie des différentes unités. L’isolation dure déjà 5 fois plus longtemps qu’une chaudière de chauffage par exemple. Le plan présuppose une augmentation du prix de l’énergie et tient compte du budget disponible du maître d’ouvrage, au fil des années. On s’attend à ce que le prix coûtant des composantes technologiques chute à l’avenir. Le plan repose aussi sur les 4 notions clés (nos 4 E) que nous suivons chez Holistic Architecture 50/5.

- Ecologie

Opter pour des solutions durables. Une faible consommation donne une faible émission de CO2.

- Economie

Chercher des solutions abordables. Une faible consommation donne un faible coût. Le Belge est né avec une brique dans le ventre et sa maison est souvent le plus important investissement qu’il consent.

- Emotion

Les choix se font toujours en fonction du confort de la maison. Il faut faire ses choix en fonction d’un besoin réel.

- Evolution

Le plan se veut dynamique et toujours ouvert aux améliorations.

 

Auteur: Flip Blockx – Holistic Architecture 50|5 - janvier 2011

Découvrez les conseils de nos experts

Brochures pour energie

Plus d’info ?