Bruxelles devient un modèle de ville durable

Modifié par Gretel Kerkhofs le 15/05/2012

A Bruxelles, le secteur du bâtiment est responsable de 75% des consommations d’énergie et 70% des émissions de CO2. Pour économiser l’énergie, réduire ses émissions, améliorer la qualité de vie des habitants, Bruxelles s’est mise en action. Rénovation et nouvelles constructions tissent la ville de demain…une ville qui, grâce à l’apport de ses citoyens, évolue vers un modèle de développement durable.
© Arte International
Bruxelles, ville durable
© Habitos.be
Maison
© Groep Huyzentruyt

Des primes pour tout le monde!

Depuis 2004, la Région offre un ensemble de primes ‘Énergie’ aux particuliers, collectivités et entreprises pour les inciter à rénover, mieux isoler et mieux équiper leurs bâtiments afin de réaliser des économies d’énergie et réduire les émissions de CO2. Elles sont aujourd’hui modulées en fonction du revenu des ménages, pour soutenir davantage les familles à bas revenu (qui bénéficient aussi d’un prêt à taux zéro pour ces travaux : le prêt vert social). 114.000 primes «énergie» ont déjà été accordées depuis 2004, soit € 68 millions, dont 80% sont revenues aux particuliers.

En terme de rénovation, les investissements possibles sont multiples : isoler bien sûr, installer une toiture verte, remplacer une chaudière de plus de 20 ans, récupérer l’eau de pluie ou la chaleur de l’air, utiliser des matériaux isolant davantage du bruit, tout en étant bon pour la santé et pour l’environnement…

Demain: le passif et un habitat plus sain

Un bâtiment passif utilise 10 fois moins d'énergie pour le chauffage qu’une construction classique. A Bruxelles, toute nouvelle construction publique doit être conforme au standard passif depuis 2010. Une règle qui s’imposera également à toute construction neuve privée dès 2015.

Ceux qui ont fait le pas découvrent aussi le confort de vie dans ces bâtiments d’un type nouveau. Un lieu de vie plus sain, avec une meilleure circulation de l’air, qui nécessite moins de chauffage… C’est la constatation amusée de Frederik, à l’issue du chantier d’éco-rénovation de sa maison à Boitsfort: «On sent que l’atmosphère est saine, les pièces sont isolées mais bien ventilées et la chaleur bien diffusée, notamment grâce aux murs en terre. J’ai récupéré un ficus à moitié mort chez mes parents et ici, il s’est mis à fleurir!».

Des techniques qui permettent parfois d’imaginer la ville autrement, comme en témoigne le maître d’ouvrage de 5 logements passifs à Etterbeek: «De mon point de vue, nous avons réussi un triple pari: rénover de façon rentable et confortable, sans devoir introduire d’air climatisé, et prouver qu’il se justifie de construire des logements rue de la Loi!»

Des bâtiments exemplaires

A l’heure actuelle, 16% des chantiers bruxellois donnent naissance à des bâtiments que la Région qualifie d’exemplaires. Exemplaires parce qu’ils cumulent les qualités des bâtiments de la ville de demain, en répondant à quatre exigences simples: économes en énergie, conçus dans le respect de l’environnement, harmonieusement intégrés au niveau architectural et accessibles tant d’un point de vue financier que technique.

En trois ans, ce sont 117 projets lauréats qui ont bénéficié d’un coup de pouce financier dans le cadre de l’Appel à projets Bâtiments exemplaires. Ces projets ont déjà permis d’économiser plus de 13.000 tonnes de CO2 par an!

Des logements durables pour tous

Ces chantiers qui innovent concernent tant des maisons particulières que des logements sociaux, des bureaux ou des bâtiments publics. Il faut dire que le défi est de taille! C’est par le bâtiment qu’on utilise plus de 70% de la consommation d’énergie à Bruxelles et qu’on rejette plus de 60% des émissions de CO2.

Or, les tendances démographiques prévoient qu’il y aura 150.000 habitants de plus dans la Région d’ici 2020. Et selon la Société de Développement pour la Région de Bruxelles-Capitale, il faudra prévoir 60.000 nouveaux logements dans les 10 prochaines années!

Un enjeu que les sociétés de logement public ont bien compris puisqu’elles sont l’auteur de 60% des projets de bâtiments exemplaires conçus depuis 2007. Par ailleurs, ce sont les communes les moins favorisées qui sont les plus actives dans la conception et la mise en chantier de logements éco-sociaux. Il faut dire que pour les familles à faible revenu, le montant des charges à payer pour le chauffage, l’électricité et l’eau dépasse bien souvent celui du loyer. Ces familles risquent bien de ne bientôt plus pouvoir honorer leur facture énergétique.

Une brassée d’infos utiles !

Avoir la volonté et les moyens est un bon début, mais il faut encore pouvoir bénéficier des connaissances et des conseils nécessaires pour faire des choix d’éco-construction. Bruxelles qui entend devenir une capitale éco-exemplaire met des facilitateurs à la disposition des porteurs de projets pour les conseiller et les guider gratuitement. Ces spécialistes sont accessibles au numéro gratuit 0800 85 775.

Pionnière en matière de construction durable, la SDRB a également publié une brochure intitulée «Habiter un logement durable» (pour l’obtenir: info@sdrb.be). Différentes associations sont également à la disposition des particuliers qui veulent prendre davantage soin d’eux-mêmes, de leur logement et, par répercussion, de leur ville.