C'est quoi le formaldéhyde ?

Modifié par Vinciane Pinte le 12/07/2012

L’air que nous respirons dans notre habitation se compose en grande partie du même air que celui que nous respirons dehors. Il faut cependant y ajouter un tas de particules polluantes caractéristiques. Ces poussières nocives que l’on retrouve dans nos habitations sont des VOC. Volatile Organic Compound en abrégé.

Découvrez les conseils de nos experts

© Habitos.be
Andy Camps
© Luchtwinkel
© Habitos.be
© Habitos.be
© Habitos.be
© Habitos.be

VOS/VOC

On retrouve aussi ce terme générique pour les produits volatiles sous l’abréviation française COV (Composés organiques volatiles). Ces VOC (ou COV) sont des produits que l’on retrouve dans les colles, les peintures (à base de solvants synthétiques), les décapants, les moquettes, les produits pour traiter le bois, les meubles en matériaux dérivés du bois et les plaques isolantes en polyuréthanne et en polystyrène. La plupart de ces produits libèrent pendant des mois, voire des années, des particules nocives dans le milieu ambiant.

Dans le cas d’une habitation rénovée, on aura rapidement une concentration élevée de COV qui s’éliminera fort lentement. Le hasard veut qu’on y rencontre souvent de jeunes enfants qui sont particulièrement sensibles à ces poussières. En effet, les enfants qui sont trop longtemps exposés à une trop haute concentration de COV ont de fortes chances de souffrir d’asthme.

Outre les COV contenus dans les peintures et les vernis (dont la concentration chute rapidement en quelques heures), il existe des sources permanentes de COV dans la maison. La laque pour cheveux, les insecticides en bombes, mais aussi les produits d’entretien et le parfum induisent une augmentation des COV. Par ailleurs, la fumée de cigarettes, et aussi la fumée de combustion (du bois, du mazout ou du charbon) constituent une source relativement persistante de COV.

Le formaldéhyde

L’OMS (Organisation mondiale de la Santé) a inscrit sur sa liste noire, l’un des principaux VOC. Ce composant est le formaldéhyde. Concrètement parlant, on ne devrait plus jamais utiliser le formaldéhyde chez soi. Dans la pratique, vous risquez de rencontrer souvent ce gaz incolore. Il a une odeur piquante que vous reconnaîtrez en ouvrant une nouvelle armoire (en stratifié). Généralement, on ressent une irritation au niveau des yeux et du nez. En cas de concentration élevée, on peut même souffrir de maux de tête, voire même d’urticaire.

L’Agence internationale pour la Recherche sur le Cancer considère le formaldéhyde comme cancérigène pour l’être humain. On retrouve ce formaldéhyde dans le cuir, la moquette, la poussière des meubles, la mousse isolante, la laine de roche, les panneaux en aggloméré, les panneaux de bois, les revêtements de sol, la peinture et les cosmétiques (shampooing, déodorant, parfum).

En Belgique, il n’existe aucune norme quant à la quantité maximale de formaldéhyde tolérée. L’Organisation Mondiale de la Santé préconise un maximum de 100µg/m³ pour les personnes normales et 10µg/m³ pour les personnes sensibles. On entend par personnes sensibles, les enfants, les personnes âgées, les femmes enceintes et les immunodéficients. (En anglais YEPI : young, elderly, pregnant, immunodeficient).

Si l’on considère une exposition prolongée dans le temps, on retiendra une exposition de maximum 93µg/m³ pour une exposition d’une heure. Si l’on considère une exposition de 8 heures, la concentration ne pourra donc dépasser 33µg/m³.

Pour indiquer la concentration en formaldéhyde, on utilise 3 unités. Soit le nombre de microgrammes (µg) par m³, soit le nombre de particules par million (part per million, ppm) soit le nombre de particules par milliard (parts per billion, ppb). 100µg/m³ correspondent à 0,081ppm ou 81ppb.

La concentration en formaldéhyde n’est pas constante

La concentration en formaldéhyde dans la maison augmente si la température augmente et si l’hygrométrie relative augmente. On peut faire chuter la concentration en formaldéhyde en ventilant et en privilégiant la présence de certaines plantes dans la maison.

Puis-je éviter la présence de formaldéhyde?

Dans les matériaux de finition comme le MDF, l’OSB et les panneaux d’aggloméré, on peut éviter une haute concentration. Celle-ci provient de la colle que l’on utilise pour ces matériaux. Il vaut donc mieux utiliser du bois naturel dans la maison au lieu des panneaux encollés. Il existe 3 classes de panneaux encollés (E1, E2 en E3), E1 contenant le moins de formaldéhyde. En Belgique, tous les panneaux de construction doivent appartenir à la catégorie E1. Les panneaux de classe E2 sont utilisés exclusivement pour les meubles.

Par conséquent, la concentration en formaldéhyde risque d’être assez élevée dans une armoire neuve. Les panneaux destinés au mobilier sont cependant dotés d’une couche de finition. Ce qui réduit fortement les émissions de formaldéhyde. Une couche de peinture laquée ou de matériau synthétique peut couper en deux le taux d’émission.

On peut maintenir la concentration de formaldéhyde à un taux relativement bas en procédant comme suit :

  • Ventiler un peu plus pendant les premiers jours après l’installation d’un nouveau meuble ou de nouveaux rideaux;
  • En utilisant un vernis étanche à l’eau pour recouvrir les matériaux de finition ;
  • En ventilant 24 heures par jour;
  • En maintenant la température entre 18 et 24°C ;
  • En maintenant l’humidité relative entre 30 et 60% ;
  • En évitant d’utiliser des plaques de MDF, OSB ou d’aggloméré a proximité d’un radiateur ;
  • En ne fumant pas dans la maison.

Les hydrocarbures aromatiques

Bien que le formaldéhyde soit actuellement considéré comme le principal COV, il est loin d’être le seul méchant à polluer l’air que nous respirons tous les jours. Le toluène, le benzène et le xylène sont quelques exemples de COV nocifs que l’on utilise surtout dans les solvants. On les rencontre principalement dans les peintures, les vernis et les colles. Dans les plastiques aussi, on constate une haute concentration de ces matières. D’autres sources sont les produits de transformation du bois, les produits d’entretien et les détachants.

Le benzène est un composé reconnu comme cancérigène depuis de nombreuses années déjà. Ce composé se libère quand on fume mais il se crée aussi en cas de combustion incomplète du bois et du mazout. Dans le cas d’évaporation du mazout et du diesel, on rencontre des quantités importantes de benzène.

La nouvelle chambre d’enfant

Il y a certes une petite pointe de cynisme dans la description qui suit cependant, suivez donc nos bons conseils. On entend fréquemment qu’au cours des semaines précédant la naissance du bébé, on prépare encore la chambre en toute hâte. Une couche de peinture, un peu de silicone pour étanchéifier les châssis, un plancher à encliqueter, le petit lit monté vite fait, et pour terminer, un nouveau matelas et de jolis draps.

Pour chacune des techniques de finition résumées ici, tout repose sur le bon choix des matériaux. C’est crucial, afin d’éviter que de très hautes concentrations de formaldéhyde et d’hydrocarbures aromatiques ne se libèrent. Il faut absolument privilégier les matériaux qui émettent peu de particules nocives dans l’air ambiant.

Il vaut mieux préparer longtemps à l’avance la chambre de bébé, et sans l’aide de la future maman (l’auteur de cet article va certainement ramasser des points supplémentaires pour cette remarque). Après la finition de la chambre de bébé, il est fortement conseillé de ventiler un maximum. Même lorsque le bébé viendra y dormir, on préconise une ventilation en continu. En effet, les particules nocives qui peuvent s’accumuler dans la chambre sont bien plus malsaines qu’un peu d’air frais.

 

Auteur: Andy Camps – Luchtwinkel.be – juin 2011

 

Brochures pour ventilation

Plus d’info ?